Révolution française

La Révolution française fut (1788-1799) une grande lutte entre l’Ancien Régime, marqué par une société organisée en états, et ses opposants. Le conflit transcende les frontières de la France pour s’étendre à l’Europe.

Révolution française

Cet événement historique marqua la fin des monarchies absolutistes et fit place à une société dans laquelle le rôle prépondérant était donné à la bourgeoisie.

C’est précisément le déclenchement de la révolution et son succès ultérieur qui ont signifié la fin du féodalisme, tandis que ses idées ont servi d’inspiration pour les systèmes démocratiques modernes.

A quand remonte la révolution française ?

La Révolution française trouve son origine à la fin du XVIIIe siècle. Un moment de l’histoire où la France traversait une période très mouvementée. La société était divisée en domaines et la plupart des gens étaient exclus.

Ce qui a conduit au développement de la Révolution entre 1789 et 1799. S’il est vrai que certains auteurs datent la date de fin du mouvement de l’année 1804, lorsque Napoléon Bonaparte fut couronné empereur de France.

Caractéristiques de la Révolution française

Avant de parler des causes et des conséquences de la Révolution, il convient de connaître quelques-unes des caractéristiques qui l’ont définie :

  • C’était très sanglant, des églises et des châteaux ont été incendiés.
  • Elle a été causée par une multitude de facteurs : politiques, économiques, moraux, religieux…
  • Il a mis fin à l’Ancien Régime.
  • Il a jeté les bases de la Déclaration des droits de l’homme.
  • Le féodalisme a pris fin et la bourgeoisie a commencé à gagner en importance.

Causes de la Révolution française

Parmi les principales causes du déclenchement de la Révolution française, on trouve les suivantes :

  • Situation politique dégradée : Seule la noblesse peut occuper les postes politiques et militaires les plus importants, alors qu’en 1789 la France traverse une grave crise économique. De leur côté, les Français vivaient sous un régime autoritaire (absolutisme) dans lequel la noblesse et le haut clergé dominaient les richesses.
  • Crise économique : pour ajouter l’insulte à l’injure, les mauvaises récoltes ont causé des problèmes d’approvisionnement en aliments de base tels que le pain. Les sécheresses et les gelées ont causé des problèmes d’approvisionnement qui ont affecté la santé de la population défavorisée. Ajoutant ainsi un plus grand mécontentement au climat social. De plus, seule la troisième classe (la bourgeoisie et les paysans) était la seule à devoir payer des impôts. Tout ce qui précède a fini par provoquer un cercle vicieux au niveau économique. Les pénuries de production ont fait monter les prix, les gens ont cessé de dépenser ailleurs et le chômage a augmenté. Tout cela a provoqué un cercle vicieux qui a affecté la capacité de l’État à faire face à son endettement, entraînant une crise financière notable.
  • Libertés et droits limités : La monarchie absolue sous Louis XVI n’a donné aucun choix de souveraineté autre que Dieu. Il n’y a donc pas eu de partage des pouvoirs. De ce fait, les droits et libertés des Français étaient très limités. En conséquence, les bases de la Déclaration des Droits de l’Homme ont été développées, qui sont basées sur les principes de Liberté, Egalité et Fraternité. En français, Liberté, Égalité, Fraternité.
  • Crise morale et religieuse : Dans le même temps, une révolution intellectuelle se développe en parallèle, remettant en cause le régime qui régnait à cette époque. La méfiance des citoyens vis-à-vis du régime gouvernemental grandit à pas de géant et de nouvelles figures de référence émergent comme Voltaire, Montesquieu ou Rousseau.

Ainsi, face à la situation difficile de la France, les États généraux sont convoqués. Qui représentait les trois domaines. Pour résoudre la crise économique, il a été proposé que la noblesse paie également des impôts. Cependant, comme le vote a été effectué par les états, la proposition était vouée à l’échec.

Les étapes de la Révolution française

Ensuite, nous montrons en résumé, les étapes les plus importantes de la Révolution française :

  1. Fin de la monarchie absolue (1789).
  2. Début de la monarchie constitutionnelle (1789-1792).
  3. Stade républicain (1792-1799).

1. Fin de la monarchie absolue (1789)

A partir du tiers état, il fut demandé de passer d’une division par états à une Assemblée nationale dans laquelle le vote était individuel. L’Assemblée nationale a rencontré le rejet de la monarchie. Mais malgré cela, les députés de l’Assemblée, acceptèrent de donner une constitution à la France.

Cependant, l’éclosion sociale de la population culmina avec la prise de la Bastille le 14 juillet 1789. Cet événement avait une grande signification, puisque cette prison était un symbole de l’oppression monarchique.

2. Début de la monarchie constitutionnelle (1789-1792)

Dotée du pouvoir constituant, l’Assemblée met fin à la féodalité, en adoptant une Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Par la suite, il a été légiféré pour réaliser la séparation entre l’Église et l’État.

Déjà en 1791, la France avait une Constitution qui établissait une division des pouvoirs et qui limitait le pouvoir du Roi, qui serait contrôlé par l’Assemblée. En d’autres termes, la France a cessé d’être une monarchie absolue pour devenir une monarchie constitutionnelle.

Concernant le modèle étatique, au niveau administratif, la France était organisée en départements. Alors que, économiquement, les monopoles et les syndicats étaient interdits.

3. La période républicaine (1792-1799)

Au sein de l’Assemblée, il est possible de distinguer deux groupes :

  • Les Girondins : Ils étaient de caractère modéré. Ils voulaient une révolution pacifique, limitant le droit de vote et défendant une monarchie parlementaire.
  • Les Jacobins : C’étaient des révolutionnaires radicaux. Les défenseurs du suffrage universel masculin, dirigés par Robespierre, qui soutenaient que la France devrait être une république.

La Convention (1792-1794)

Ainsi, les Jacobins l’emportèrent et l’Assemblée devint la Convention. Ainsi, la Convention est devenue l’organe qui détenait le gouvernement et la capacité de légiférer.

Cette époque a été marquée par ce que l’on a appelé le « règne de la terreur ». Au cours de laquelle, le Comité de salut public persécuta tous les opposants à la Révolution française, exécutant ainsi des milliers de Français. Parmi les membres du Comité de salut public, il convient de souligner Robespierre.

Sous les auspices de la Convention, il a été décidé d’exécuter le roi Louis XVI, tandis que le suffrage universel masculin a été approuvé et, entre autres particularités, le système métrique décimal a été mis en œuvre.

Si avant la Révolution française, l’Église et le clergé avaient amassé des richesses, avec la Convention, leurs biens ont fini par être confisqués. L’esclavage a également été aboli et des réformes ont été introduites dans les campagnes afin que la révolution transcende la paysannerie.

Cependant, la Révolution française a été prise contre l’opposition des puissances européennes. Et c’est que, les idées de la révolution étaient contraires à ce que représentaient les monarchies européennes. Malgré une guerre contre diverses puissances européennes, la République française a réussi à survivre au harcèlement international.

Vers 1794 Robespierre et le Comité de Salut Public tombèrent le fruit des luttes internes. En fait, Robespierre et les autres membres du Comité de salut public finirent par être exécutés à la guillotine. Ainsi, l’aile la plus radicale de la Révolution française est tombée pour aboutir à une étape plus modérée connue sous le nom de Directoire.

Le Directoire (1795-1799)

Laissant derrière elle les éléments les plus radicaux, la Révolution française entre dans une phase marquée par la modération. La nouvelle Constitution renverse une partie des droits acquis par les Jacobins, puisque le droit de vote est restreint. D’autre part, le pouvoir législatif était divisé en deux chambres : le Conseil des Cinq-Cents et le Conseil des Anciens.

L’organe qui détenait le pouvoir exécutif était le Conseil d’administration, composé de cinq membres, désormais réduit à trois. Cependant, avec le coup d’État de Napoléon (9 novembre 1799), il ne deviendra qu’une seule personne qui formera le Directoire.

Avec la prise du pouvoir par Napoléon Bonaparte, alors jeune génie militaire, la France entre dans une nouvelle étape historique. La Révolution française a inauguré l’ère napoléonienne.

Conséquences de la Révolution française

En résumé, parmi les conséquences de la Révolution française qui ressortent le plus :

  • Fin de la monarchie absolue : Dès le début de la Révolution, l’Ancien Régime prend fin. Au fur et à mesure de son développement, les conséquences s’aggravaient pour la couronne, jusqu’à l’exécution de Louis XVI.
  • Plus de droits et de libertés : L’un des objectifs de la Révolution française était d’avoir plus de droits et de libertés. Bien qu’il faille noter qu’il s’agit d’un processus qui a gagné des nombres entiers au fil des décennies, cet événement a créé un précédent crucial.
  • Les privilèges de l’Église et de la noblesse ont été abolis : la société foncière telle qu’elle était structurée dans la féodalité a pris fin. De plus, en même temps que l’Église et la Noblesse tombaient dans l’échelle sociale, la bourgeoisie commençait à croître.
  • Extension des principes de la Révolution française : Les principes de liberté, d’égalité et de fraternité ont franchi les frontières de la France et se sont répandus dans toute l’Europe. L’histoire a montré que même ces idéaux ont influencé l’Amérique latine.
  • Couronnement de Napoléon Bonaparte : Malgré le combat mené, qui s’est soldé par de nombreux bénéfices pour les citoyens français et européens, la monarchie absolue de Louis XVI a fini par être remplacée par l’Empire de Napoléon.