Obligataire

Un porteur d’obligations est tout agent qui détient une obligation. Ainsi, ils sont considérés comme créanciers de l’entreprise ou du gouvernement qui a émis l’obligation en question.

Obligataire

Une obligation représente un accord de prêt entre un émetteur et un investisseur. Les termes de l’obligation obligent l’émetteur à payer le montant emprunté ( le principal ) à une date précise. L’investisseur (titulaire d’obligations) gagne généralement un certain montant d’intérêts de temps en temps. Les porteurs d’obligations peuvent acheter leurs obligations aussi bien sur le marché primaire (directement auprès de l’émetteur) que sur le marché secondaire (sur le marché obligataire).

En résumé, un obligataire est la personne physique ou morale qui détient une obligation. C’est-à-dire qu’il est le détenteur de l’obligation.

Droits des obligataires

Contrairement aux actionnaires, les obligataires ne bénéficient que de droits patrimoniaux :

  • Droit de recevoir des paiements périodiques. Ces paiements périodiques sont les coupons et seront reçus en possession de l’obligation.
  • Droit de recevoir le capital de l’investissement à la date et aux conditions fixées au moment de l’émission.
  • Droit de préférence sur les actifs de la société en cas de faillite. En d’autres termes, si l’entreprise est obligée de vendre ou de liquider ses actifs, l’argent reçu servira à payer les obligataires avant les actionnaires.

Avantages pour les obligataires

Généralement, la position des obligataires est considérée comme plus sûre que celle des actionnaires en raison du droit de préemption sur les actifs de la société émettrice en cas de faillite.

D’autre part, les détenteurs d’obligations bénéficient également d’une plus grande certitude lors de la réception des paiements. Tant le montant que les dates auxquelles ils recevront le principal et les intérêts (coupons) sont fixés dès l’émission de l’obligation. Enfin, les porteurs d’obligations peuvent également bénéficier de l’appréciation de leurs titres sur le marché secondaire. Ces réévaluations peuvent être données par l’émetteur ou par le marché.

  • Par l’émetteur : Si l’émetteur améliore sa condition de crédit, c’est-à-dire augmente sa capacité à faire face au paiement du prêt, en réduisant le risque de défaut, le prix de l’obligation augmentera et donc l’obligataire pourrait bénéficier de sa vente sur le marché. .
  • Du côté du marché : Si le taux d’intérêt du marché baisse, le rendement offert par l’obligation deviendra plus attractif en termes relatifs, donc son cours coté augmentera.

Risques des porteurs d’obligations

Bien que la position des obligataires soit en principe plus sûre que celle des actionnaires, ils sont également subordonnés à la viabilité financière de l’émetteur. En d’autres termes, l’obligataire pourrait perdre 100 % du capital investi si l’entreprise ou le gouvernement en question faisait faillite et ne pouvait pas honorer le paiement.

D’autre part, le taux d’intérêt offert par l’obligation peut ne pas suffire à couvrir l’effet de l’inflation. Si les cours montent de 4 % et que l’obligation paie un coupon de 3 %, l’obligataire subit une moins-value nette en termes réels. Il en serait de même dans le cas où l’obligation serait libellée dans une devise étrangère et que cette dernière se déprécie par rapport à la devise locale.

Enfin, les porteurs d’obligations sont confrontés à trois risques supplémentaires s’ils souhaitent vendre leurs titres sur le marché secondaire avant l’échéance. Que la cote de crédit de l’émetteur se détériore ou que les taux d’intérêt augmentent, l’obligataire ne pourra vendre son titre qu’à un prix inférieur au prix d’achat. De même, si l’obligation en question est illiquide, sa vente immédiate ne pourra être exécutée qu’en acceptant une décote importante.

Exemple d’investissement en tant qu’obligataire

Un investisseur obligataire rencontre deux opportunités d’investissement, une obligation émise par la société XYZ et une autre par le pays ABC. Les deux obligations ont une valeur nominale de 1 000 € et une durée de 10 ans. Après avoir évalué les obligations, l’investisseur obtient les deux rendements. L’obligation d’entreprise offre 4% par an et l’obligation souveraine 1%.

Quelle est la meilleure option pour l’obligataire ?

Pour prendre la meilleure décision, outre la prise en compte de sa tolérance au risque, l’obligataire doit évaluer le binôme rentabilité-risque offert par les deux investissements. En principe, l’obligation souveraine est plus sûre que l’obligation d’entreprise, et c’est la raison pour laquelle elle offre un rendement plus faible. Par conséquent, la tâche du porteur d’obligations devrait être d’analyser si le rendement extraordinaire (prime de risque) de 3 points de pourcentage (4% -1%) offert par l’obligation d’entreprise XYZ compense le risque extraordinaire qu’elle comporte.