Intervention sur le marché des changes

L’intervention sur le marché des devises est une action de la Banque centrale d’un pays sur une devise pour contrôler son taux de change par rapport aux autres devises afin d’éviter une dévaluation excessive de cette devise et, par conséquent, de générer un climat de méfiance générale à l’égard de la situation de l’économie de ce pays ou de cette zone économique.

Intervention sur le marché des changes

Il existe d’autres arguments pour contrôler le taux de change, comme la maîtrise de l’inflation, des taux d’intérêt et du coût de financement, ainsi que de favoriser l’activité d’exportation et la balance commerciale.

Toutes ces interventions s’inscrivent dans la politique monétaire d’un pays ou d’une zone économique et ont pour objectif principal de garantir la confiance des investisseurs étant donné que les marchés sont guidés par les anticipations.

Par exemple, en Europe, c’est la Banque centrale, c’est la BCE, qui a le pouvoir d’intervenir sur le marché des changes pour contrôler les réserves dans les autres devises et, surtout, le taux de change de l’euro par rapport aux autres. Même s’il est vrai que la parité la plus contrôlée est le taux de change EurUsd ou EurChf.

Deux exemples d’intervention sur le marché des changes

  1. L’une des interventions les plus importantes de ces dernières années a été réalisée par la Suisse sur la parité EurChf au seuil de son taux de change optimal situé à 1,20 grâce à l’intervention de sa Banque centrale depuis 2011.

Elle a été réalisée par l’équilibre entre l’offre et la demande en achetant et vendant des francs suisses et en maintenant le taux de change dans une fourchette située au niveau de 1,19-1,20 afin de maîtriser ses agrégats macroéconomiques. La Banque centrale connaissait la quantité historique maximale d’offre et de demande de son taux de change par rapport à l’euro et pouvait jouer avec cette variable pour opérer sur le marché, en maintenant l’équilibre entre l’offre et la demande puisqu’elle connaissait le volume total de l’offre qui était sur le marché, étant donné que les positions des investisseurs étaient filtrées et que celles-ci étaient couvertes si elles étaient très importantes afin qu’il n’y ait pas de déséquilibre important du taux de change, pour cela, la Banque centrale de Suisse disposait d’importantes réserves d’argent dans votre change en ces deux monnaies. C’est donc la Banque centrale et les intermédiaires financiers qui lui sont rattachés qui ont placé et délogé des positions dans des portefeuilles de francs suisses à leur parité avec l’euro.

EUR CHF

2. Un autre exemple peut être trouvé en Argentine depuis 2011, causé en raison de la différence entre le taux de change officiel et le taux de change de rue ou aussi appelé le taux de change bleu, qui a causé une dévaluation assez importante du peso argentin (voir l’auteur recommandation sur le taux de change).

Il existe donc différents modèles d’intervention sur le marché des changes et tous ont pour but de protéger la monnaie nationale puisqu’ils peuvent en réduire la valeur et favoriser sa spéculation à la baisse.

L’éditeur recommande :

  • Actions en devises
  • Convertisseur de devises