Guerre de Cent Ans

Encadrée à la fin du Moyen Âge, la guerre de Cent Ans a opposé la France et l’Angleterre. Malgré son nom, la guerre combine des périodes de trêve et d’affrontements, durant plus de cent ans (1337-1453).

Guerre de Cent Ans

Les causes d’une si longue guerre se trouvent dans les questions féodales et successorales. Les rois anglais, de la dynastie Plantagenêt, possédaient des terres en France, ce qui en faisait les vassaux du roi de France.

La mort sans descendance du roi Charles IV de France entraîna l’ascension sur le trône de Felipe VI, cousin du roi. Eduardo III, roi d’Angleterre et neveu de Carlos IV, à la tête d’une Angleterre puissante et riche, est contraint de céder la vassalité à Felipe VI de France.

Cependant, Edouard III était mécontent de devoir être vassal du roi de France, tout en considérant que lui aussi avait le droit d’accéder au trône de France. Ainsi, le Robert d’Artois, éloigné du roi de France, s’exile en Angleterre et rejoint Edouard III. En réponse, Felipe VI décide de confisquer l’Aquitaine à Edouard III et la guerre éclate.

Il y a aussi ceux qui incluent les causes de la guerre parmi les raisons économiques. Compte tenu de son importance, la Flandre est devenue l’objet d’un différend entre l’Angleterre et la France. Ainsi, une région comme la Flandre était devenue une pièce fondamentale dans le commerce du vin et de la laine.

Première phase de la guerre de Cent Ans

La première phase de la guerre de Cent Ans a été marquée par les grands triomphes de l’Angleterre sur le champ de bataille. Les armées anglaises étaient beaucoup plus efficaces et disciplinées contre les troupes françaises. Preuve en est les victoires retentissantes de l’Angleterre à Crécy en 1346 et à Poitiers en 1356.

Le résultat de la première phase de la guerre fut désastreux pour la France, dont la population subit pillages et massacres. L’image du roi de France était en cause, car il était incapable de protéger ses sujets et a vu comment Edouard III a usurpé le pouvoir et les territoires.

Un épisode particulièrement dramatique a eu lieu lorsque la peste noire a éclaté en Europe, entraînant une période de trêve dans les combats de la guerre de Cent Ans.

Jean II de France, succédant à Felipe VI, continua les hostilités, subissant une défaite écrasante à Poitiers en 1356. Le monarque français et de nombreux nobles furent capturés au combat. Les malheurs continuèrent pour la France et, en l’an 1360, Edouard III se tenait aux portes de Paris. Dans une telle situation de faiblesse, les Français sont contraints de signer le traité de Brétigny. Bien qu’Eduardo III ait pris le contrôle d’importantes extensions de terres en France, le roi anglais a renoncé à ses prétentions à occuper le trône français.

La guerre entre 1360-1380

La deuxième phase de la guerre se distingue par être le point d’expansion géographique maximale du conflit. A cette occasion, la France a dû payer un lourd tribut à sa victoire. Le roi Charles V de France, conseillé par le connétable Bertrand du Guesclin, choisit de laisser les terres dévastées au passage des armées anglaises. De cette façon, les Français évitaient la confrontation directe avec les troupes anglaises.

Affaiblis par le manque de nourriture et les maladies, les Anglais n’étaient pas en état de combattre les Français. Cependant, pour les paysans, ce fut une période terrible, car ils voyaient leurs terres rasées à la fois par les Anglais et les Français.

La guerre civile castillane entre Pedro I de Castille et Enrique de Trastámara est également devenue une scène de dispute pour la guerre de Cent Ans. Les Anglais ont soutenu Pedro I, tandis que les Français ont combattu aux côtés d’Enrique de Trastamara. La victoire définitive d’Enrique dans la guerre civile castillane a donné à la France un grand allié dans sa lutte contre l’Angleterre.

En cette période de guerre, où les défaites anglaises se succèdent, l’Angleterre ne garde le contrôle que d’une poignée de lieux sur le sol français (Bordeaux, Bayonne et Calais).

Henri V

La mort d’Edouard III amena Richard II sur le trône en 1377 alors qu’il n’était qu’un enfant. Cependant, en 1399, Richard II est déposé par Henri de Lancastre, qui se proclame monarque sous le nom d’Henri IV. Une nouvelle dynastie fit irruption dans la couronne anglaise. C’était les Lancaster. Justement, le fils d’Enrique IV, allait jouer un rôle très important dans la guerre de Cent Ans.

Avec Henri V régnant en Angleterre et Charles VI comme roi de France, les tensions entre les Français et les Anglais ont augmenté jusqu’à ce qu’elles conduisent à une nouvelle guerre. Ainsi, Henri V revint réclamer le trône de France et en 1415 débarqua une grande armée en Normandie.

Enrique a récolté d’importantes victoires contre les Français, comme à Azincourt (1415). Cependant, l’armée d’Enrique V était très fatiguée par le combat et dut rembarquer. Arrivée en 1417, l’armée d’Enrique V attaque à nouveau en Normandie.

Les Français subissent à nouveau des défaites et, non seulement ils affrontent l’Angleterre, mais ils combattent aussi contre les Bourguignons. Battus à nouveau, les Français, avec Charles VI sur le trône, finirent par signer le traité de Troyes en 1420. Ainsi, Henri V devint régent et héritier de la couronne de France.

Encore une fois, la guerre

En 1422, Henri V mourut et deux mois plus tard, Charles VI mourut. Brisant ce qui avait été établi dans le traité de Troyes, Charles VII fut proclamé roi au lieu de nommer Henri VI (fils d’Henri V) roi.

Les Anglais, considérant Charles VII de France comme un usurpateur, envahirent la France. La situation militaire des Français atteignit le bord de la catastrophe, étant assiégés leur dernier bastion : la ville d’Orléans. Mais en 1428, les rôles de la guerre se sont inversés et la France a repris l’initiative grâce à la direction d’une jeune paysanne connue sous le nom de Jeanne d’Arc.

Juana, croyant qu’elle avait été appelée par Dieu pour expulser les Anglais des terres françaises, mena les troupes françaises dans une succession de victoires militaires. L’Angleterre perdant la guerre, Charles VII est proclamé roi de France dans la ville de Reims. Cependant, Juana a fini par être trahie et capturée par les Bourguignons. Jugée pour hérésie, elle est morte sur le bûcher.

Les victoires françaises dans la guerre de Cent Ans se sont poursuivies, conduisant à leur reconquête de Paris. Pendant ce temps, l’Angleterre s’affaiblit au milieu des combats internes, tandis qu’en 1435 elle perd son alliance avec la Bourgogne.

Les dernières campagnes françaises accablent les Anglais, les expulsant de tout le pays, à l’exception de la ville fortifiée de Calais. Après un long combat entrecoupé de périodes de trêve, la guerre de Cent Ans prend fin en 1453.

Aspects économiques

La brutalité d’un conflit comme la guerre de Cent Ans a eu un grand impact sur l’activité économique. Les paysans cherchaient à se protéger du pillage et de la destruction de leurs récoltes. Pour cette raison, les marchands leur proposaient de louer des maisons et des entrepôts où ils pouvaient s’abriter et protéger leurs marchandises.

Sans aucun doute, la guerre de Cent Ans a entraîné un changement drastique dans le stockage des marchandises. La destruction causée par la guerre, a fait qu’ils ont cessé d’être utilisés les entrepôts qui se trouvaient en dehors de la protection des villes fortifiées.

L’agriculture et l’élevage ont également subi des changements, de sorte que les terres ont été regroupées et de nouvelles écuries ont été érigées. Au contraire, le désastre de la guerre a provoqué une baisse de la consommation des produits fabriqués par les artisans. De toute évidence, le secteur de l’artisanat qui a connu une croissance importante était la fabrication d’armes, surtout lorsque la guerre a atteint une plus grande intensité.

Il est vrai que le commerce a été affecté par la guerre, même s’il ne s’est jamais complètement arrêté. Ainsi, le siège de la ville d’Orléans, située sur les bords de la Loire, a nui au trafic fluvial. De plus, la situation de guerre en France oblige les commerçants à disposer de sauf-conduits pour exercer leurs activités. Il y avait des cas où les troupes étaient même chargées d’assurer la protection du transit des marchandises. La conséquence de l’augmentation de l’insécurité dans la circulation des marchandises a été la forte augmentation des prix de certains produits, qui n’étaient accessibles qu’aux plus riches.

Ainsi, malgré les dégâts de la guerre commerciale, les matières premières affluent, quoique avec plus de difficulté. Le fer venait des royaumes d’Espagne et aussi le sel de Nantes. Même des produits comme les textiles du Maine, le vin d’Orléans ou les roues fabriquées à Londres ont atteint leur destination.

Il a fallu attendre 1444, date à laquelle, grâce à la Trêve de Tours, le transit des marchandises à travers la France s’est avéré plus sûr.

Au fur et à mesure que la guerre avançait, les marchands formaient des groupes pour se protéger des abus, se défendant contre les réquisitions. Par ailleurs, des groupements de commerçants pouvaient recourir à la justice pour défendre leurs intérêts, sans oublier qu’ils se sont battus pour mettre fin au paiement des péages.