Émission d’obligations

L’émission d’obligations est un acte par lequel une entreprise obtient un financement. La société, par cet acte, contracte un emprunt divisé en titres, qui sont acquis sur le marché par des investisseurs qui achètent ledit titre en échange d’un rendement.

Émission d'obligations

Techniquement, l’émission d’obligations est un acte accompli par toute personne morale qui souhaite obtenir un financement. Ainsi, une fois celle-ci formalisée par un acte public et les démarches nécessaires à la réalisation de l’opération effectuées, l’entreprise acquiert un emprunt qui se divise en titres pour les échanger sur un marché.

Ces obligations sont ensuite acquises par des investisseurs qui versent le capital, étant les prêteurs de l’opération, en échange de performances futures. L’emprunteur, le prêteur ou l’obligataire, doit payer le taux d’intérêt futur majoré du nominal.

Il faut ajouter que ces obligations peuvent être émises par un endettement futur, ou un endettement antérieur. C’est-à-dire que des obligations d’un emprunt antérieur peuvent être émises, convertissant ainsi les créanciers dudit emprunt en obligataires.

De même, il est à noter que les obligations diffèrent des autres titres de créance comme l’obligation ou le billet à ordre du fait qu’on parle de dette à très long terme, considérant une durée de plus de 10 ans.

En résumé, il s’agit d’une offre faite par une entreprise, également appelée entité émettrice, d’un prêt dont elle sera l’emprunteur. D’autre part, chaque prêteur sera le souscripteur de l’obligation qu’il acquiert et, plus tard et étant enregistré publiquement, deviendra un obligataire qui obtiendra un rendement.

Caractéristiques d’une émission obligataire

Parmi les caractéristiques qui définissent le mieux ce qu’est une émission obligataire et à quoi elle sert, on peut souligner les suivantes :

  • C’est un outil pour obtenir du financement auprès d’une entreprise.
  • La société cherche à acquérir un prêt qu’elle divise en titres et qu’elle commercialise.
  • Ces titres sont acquis par des investisseurs, qui deviennent obligataires.
  • En échange d’un décaissement, l’obligataire reçoit un certain intérêt, qui doit être payé par l’emprunteur avec le montant nominal.
  • Les obligations, contrairement aux autres titres de créance, se caractérisent par leur très longue échéance.
  • Tout ce processus doit être formalisé dans un acte public, et les procédures correspondantes ordonnées par l’État doivent être effectuées.

Différence entre obligations, caution et billet à ordre ou facture

Comme nous l’avons dit dans la section précédente, il convient de distinguer les obligations, les obligations et les billets à ordre. Eh bien, ces trois types de titres de créance ont des similitudes, mais aussi des différences. Bien que, comme nous le verrons ci-dessous, ces différences soient légères et dépendent du montant de la dette et du temps.

Ainsi, un billet à ordre est un type de titre de créance dont la durée de remboursement est généralement plus courte, entre 12 et 18 mois. En ce sens, l’argent, ainsi que les intérêts, sont restitués à court terme. Par conséquent, cet investissement, de la même manière, est considéré comme un investissement à court terme.

En revanche, une obligation est un type de titre de créance dont cette durée (remboursement) est plus longue, entre 3 et 5 ans. En ce sens, nous parlons d’un investissement à moyen-long terme. Les obligations, comme le billet à ordre ou l’obligation, confèrent à leurs souscripteurs le droit de recouvrer la dette majorée des intérêts correspondants préalablement déterminés.

Enfin, l’obligation est un type de titre de créance dans lequel ladite durée (remboursement) est plus longue que celles mentionnées ci-dessus. En ce sens, on parle de dettes à très long terme et de gros volumes de financement. S’il fallait dire un terme, nous dirions que nous parlons de dettes à rembourser dans un délai de plus de 10 ans. Toutefois, le délai jugé approprié avant sa délivrance peut être prolongé.

Différence entre l’émission d’obligations et l’émission d’actions

De même, il convient de souligner la distinction entre ce que nous appelons « émission d’obligations » et ce que nous appelons « émission d’actions ». Être appelé « diffusion » peut nous dérouter, mais comme nous le verrons ci-dessous, il est facile de comprendre les différences.

Ainsi, une émission obligataire, comme nous l’avons dit, est un acte par lequel une entreprise obtient un financement. La société, par cet acte, contracte un emprunt divisé en titres, qui sont acquis sur le marché par des investisseurs qui achètent ledit titre en échange d’un rendement.

D’autre part, l’émission d’actions est un acte par lequel une entreprise obtient un financement. Cependant, une dette n’est pas émise (comme dans l’émission d’obligations), mais un pourcentage de l’entreprise qui est négocié et acquis par les investisseurs.

Exemple d’émission obligataire

Pour finir, regardons un exemple d’émission obligataire.

Imaginez une entreprise comme Pepsico, qui a besoin de nouveaux capitaux pour s’implanter dans de nouveaux territoires inexplorés et où Coca Cola gagne de plus en plus de présence.

Ainsi, Pepsico s’adresse aux actionnaires pour communiquer ce besoin de lever des capitaux. De plus, la bonne performance de Coca Cola a fait que la société n’est pas en mesure de vendre des actions et d’obtenir du capital par cette voie.

Tous les actionnaires s’engagent à émettre des obligations, qui auraient un intérêt annuel, étant un coût pour Pepsico et un avantage pour le souscripteur ou obligataire, compris entre 3 et 4% avec la possibilité d’augmenter au fur et à mesure que le montant de l’opération augmente.

Une fois la stratégie décidée, un contrat sera passé afin de clarifier et formaliser l’émission des obligations, ainsi que les avantages dont les obligataires bénéficieront avant l’acte public, et les procédures correspondantes seront effectuées.