Ecole néoclassique d’administration

L’école néoclassique d’administration est un courant académique basé sur la mise en pratique des concepts de la théorie classique dans le processus administratif.

Ecole néoclassique d'administration

En fait, en raison de l’importance qu’ils accordent à la pratique administrative, on l’appelle une école opérationnelle ou le processus administratif. Ses principes sont utilisés par la plupart des organisations dans le monde.

De plus, le nom d’école néoclassique répond au fait qu’elle est considérée comme une continuation des principes administratifs de l’école classique, notamment les principes proposés par Frederick Taylor et Henri Fayol.

Les principaux représentants (de l’école néoclassique) sont Peter F. Drucker, Ernest Dale, Lawrence Appley, Harold Koontz, Cyril O’Donnell et George Terry. Historiquement elle naît et se développe entre les années 1925 à 1946.

Caractéristiques de l’école néoclassique

Les principales caractéristiques de l’école néoclassique d’administration sont :

1. Accent mis sur la pratique

En premier lieu, l’école néoclassique donne la priorité à la partie pratique de l’administration, car ce qu’elle recherche, ce sont des résultats concrets. Cela implique qu’il s’agit d’une école pragmatique, c’est-à-dire que la théorie n’a de valeur que si elle fonctionne dans la pratique.

2. Il est basé sur les postulats de l’école classique

Deuxièmement, cette école reprend la plupart des postulats de l’école classique. Mais ils les perfectionnent en leur donnant une nouvelle structure et une nouvelle dimension pour qu’ils puissent s’adapter aux contingences de l’époque actuelle. Cela permet aux principes de l’école classique d’avoir plus de flexibilité et de largeur dans leur application.

Aussi, on pourrait dire que l’école néoclassique surgit en réaction à l’école administrative du comportement humain. En conséquence, ils utilisent des concepts tels que l’organisation linéaire et fonctionnelle, les problèmes d’autorité, la délégation de responsabilités et la départementalisation des entreprises.

3. Se concentre sur les principes généraux de gestion

Troisièmement, l’école néoclassique reprend les lois de l’administration scientifique pour trouver des solutions aux problèmes pratiques des organisations. Pour cette raison, ils reviennent à utiliser les concepts du processus administratif tels que la planification, l’organisation, la direction et le contrôle.

Pendant ce temps, les principes généraux de l’administration deviennent les guides d’action du processus administratif. Cependant, ces principes ne doivent pas être appliqués de manière rigide et absolue, mais doivent être appliqués de manière souple et relative, selon les circonstances.

4. Rechercher des résultats concrets

Quatrièmement, les néoclassiques considèrent qu’une organisation travaille pour atteindre des objectifs et des résultats spécifiques. Ces résultats et objectifs sont atteints lorsque l’organisation fonctionne efficacement. C’est pourquoi l’organisation doit être structurée et organisée en fonction de ces résultats spécifiques.

Par conséquent, il doit y avoir des objectifs organisationnels qui déterminent les résultats à atteindre. Les objectifs organisationnels servent de paramètre pour mesurer et évaluer la performance de l’entreprise.

5. C’est éclectique

Enfin, bien que cette école repose fondamentalement sur les principes classiques de l’administration, l’école néoclassique est éclectique car elle recueille le contenu d’autres théories et écoles administratives. Parmi eux, on trouve les suivants :

  • Relations humaines.
  • Bureaucratie.
  • Structuraliste.
  • Mathématiques.
  • Des systèmes.
École néoclassique d'administration 1
Ecole néoclassique d’administration
Caractéristiques

Principes de l’école de gestion néoclassique

Les principes les plus importants de l’école néoclassique d’administration sont :

1. Unité de commandement

Tout d’abord, l’unité de commandement fait référence au fait que les gens doivent recevoir des ordres d’un seul patron, ce terme a été inventé par Henri Fayol. Par conséquent, si une personne reçoit des ordres d’un comité ou d’une commission, le système administratif échoue. Cela crée de la confusion et le processus peut devenir lent et inefficace.

2. Spécialisation

Or, la spécialisation renvoie au fait que chaque personne, domaine ou service doit être en charge et sous sa responsabilité de tâches spécifiques et spécialisées. Ils considèrent que la spécialisation augmente l’efficacité.

De même, les néoclassiques pensent que différents types de spécialisation peuvent être appliqués, tels que les suivants :

  • But
  • Opération ou processus.
  • Situation géographique ou par zone.
  • Type de client.

3. Autorité et responsabilité

Sans aucun doute, les néoclassiques affirment qu’il doit y avoir un rapport étroit entre l’autorité et la responsabilité, puisque l’autorité est la faculté que l’on doit pouvoir commander à ses subordonnés. Il est exercé de manière coercitive.

Alors que la responsabilité est de remplir les obligations assignées. Par conséquent, la personne qui a autorité sur ses subordonnés assume la responsabilité des tâches qu’ils doivent accomplir. Par conséquent, le niveau d’autorité doit coïncider avec le niveau de responsabilité assigné.

4. Autorité hiérarchique et personnel

Naturellement, l’autorité de ligne et de personnel est un moyen que les néoclassiques ont trouvé pour pouvoir assouplir le concept d’autorité des classiques, mais sans perdre le contrôle. Le chef d’état-major doit aider les responsables de chaque ligne hiérarchique à atteindre les objectifs. Par conséquent, l’état-major transmet les ordres, contrôle et coordonne les tâches des subordonnés hiérarchiques.

5. Étendue du contrôle

En effet, ce que vise ce principe, c’est de limiter le nombre de subordonnés affectés à chaque supérieur. En limitant le nombre, on obtient que le supérieur ne perde pas le contrôle de ses subordonnés. Idéalement, chaque supérieur devrait avoir cinq ou six subordonnés en charge de fonctionner efficacement.

Branches de l’école néoclassique de gestion

L’école néoclassique d’administration se divise en deux branches :

  • Néoclassique de l’administration des usines industrielles : Formé surtout par des ingénieurs qui ont suivi l’évolution des méthodes, techniques et procédés proposés par Taylor.
  • Gestion néoclassique et administration générale : Cette branche, formée par Gulick et Urwick, essaie de répondre aux besoins et aux problèmes de la gestion des entreprises, notamment dans sa structure et son contrôle.

Avantages de l’école de gestion néoclassique

Parmi les principaux avantages, nous pouvons citer :

  • Renouveler les fonctions de l’administrateur.
  • Il reprend les principes de base de l’administration.
  • Rendre le processus administratif plus flexible et adaptable.
  • Fournit des outils pour diriger des groupes de personnes.
  • Il privilégie l’efficience et l’efficacité.
  • Génère des modèles administratifs plus flexibles pour les organisations.
  • Utilisation de la départementalisation.

Inconvénients de l’école d’administration néoclassique

Les inconvénients les plus importants sont :

  • Il est très formel et ne tient pas compte du facteur humain.
  • Leurs contributions sont considérées comme peu pertinentes.
  • Il peut présenter des contradictions dans ses approches.
  • Son application est très spécifique, donc la généralité est perdue.
École néoclassique d'administration 2
Ecole néoclassique d’administration
Début

En conclusion, on peut dire que l’école néoclassique était une continuation de l’école classique d’administration. Mais il a affiné ses postulats, ce qui leur a permis d’être plus flexibles et de pouvoir s’adapter aux changements en cours, en se concentrant sur les résultats du processus administratif.