Déclaration de revenus

Le compte de résultat ou IRPF (Impôt sur le Revenu Personnel) est un impôt que les citoyens doivent payer à l’Agence des Impôts, en fonction des revenus ou des revenus nets qu’ils ont obtenus au cours d’une année.

Déclaration de revenus

Lors de l’établissement du compte de résultat, tous les revenus générés au cours de l’année sont pris en compte, en actualisant les dépenses déductibles. Mais tous les citoyens ne doivent pas faire la déclaration de revenus, il existe plusieurs exceptions comme nous le verrons ci-dessous.

La déclaration de revenus est faite uniquement par les personnes physiques, ce qui fait référence aux personnes humaines. Contrairement aux personnes morales, qui désignent principalement les entreprises, qui ne paient pas d’impôt sur le revenu, mais paient ce qu’on appelle l’impôt sur les sociétés.

L’impôt sur le revenu des personnes physiques est prélevé sur l’ensemble de ces revenus en appliquant un pourcentage au fur et à mesure des revenus, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un impôt progressif, plus les revenus sont élevés, plus le pourcentage à payer est élevé, compte tenu des tranches (chacun paie le même pourcentage au sein de chaque section). Une fois que ce montant, appelé montant forfaitaire, est calculé, toutes les déductions sont soustraites. Ce montant, une fois les déductions correspondantes appliquées, reflète la commission liquide, qui sera le montant final que nous paierons au titre de l’impôt sur le revenu des personnes physiques.

Plein tarif – Déductions = Tarif net

Au cours de l’année, il est normal que tant l’entreprise pour laquelle nous travaillons que notre institution financière déduisent une partie de l’argent que nous gagnons pour le remettre au Trésor. Ainsi, le premier abaisse le pourcentage mensuel affecté à l’impôt sur le revenu de notre masse salariale et le second nous retranche le montant approprié lorsque nous recevons, par exemple, des plus-values ​​de placements en Bourse ou des intérêts sur un dépôt bancaire.

À de nombreuses reprises, ces retenues qui ont été faites au cours de l’année sont supérieures à ce que nous aurions dû payer, de sorte que dans le compte de résultat, elles peuvent nous être restituées. C’est-à-dire que le Trésor nous rend de l’argent pour les impôts excédentaires que nous avons payés. C’est normal puisque les impôts qui sont payés au cours de l’année ne tiennent pas compte des déductions de chaque personne. C’est pour cette raison, et afin de régulariser tous ces concepts et postes économiques, que le compte de résultat est né.

Quels revenus et dépenses le compte de résultat comprend-il ?

Les revenus inclus dans le loyer peuvent provenir à la fois des revenus du travail (salariés ou indépendants), ainsi que d’autres types de revenus tels que les gains en capital ou les revenus du capital. En Espagne, les principaux revenus se répartissent comme suit :

  • Revenus du travail : Salaires, masses salariales ou pensions, principalement.
  • Revenus de capitaux mobiliers : Principalement intérêts et dividendes. Mais l’assurance-vie est également incluse.
  • Revenus du capital immobilier : Ce sont les revenus tirés des biens immobiliers mis à la disposition de leurs propriétaires, loués ou cédés à des tiers, non liés à des activités économiques.
  • Revenus d’activités économiques, commerciales ou professionnelles .
  • Gains et pertes en capital : Dérivés, par exemple, de la vente de biens immobiliers, d’actions, d’obtention de prix.

Les déductions peuvent être pour vivre dans une maison à louer, ou pour avoir terminé la réhabilitation de la résidence habituelle. Pour certains investissements ou dons, comme investir dans une entreprise nouvellement créée ou investir de l’argent dans un régime de retraite. Pour vivre avec des enfants de moins de 25 ans à faible revenu, ou avec des parents de plus de 65 ans.

En Espagne, certaines déductions sont incluses dans le relevé de revenus. Mais il y en a beaucoup d’autres qui ne le font pas, il est donc très important de bien revoir le projet pour inclure toutes les déductions possibles et assurer les plus grandes économies dans le compte de résultat.

Qui est obligé de déclarer en Espagne ?

Toute personne physique, espagnole ou non, qui a résidé plus de 183 jours dans l’année civile, qui a l’Espagne comme noyau principal ou base de ses activités ou intérêts économiques, est obligée de faire le compte de résultat en Espagne. .

Cependant, il existe quelques exceptions qui peuvent nous exempter de l’obligation de produire une déclaration de revenus. Cela dépend principalement du montant des revenus, des déductions et de leur provenance.

Il est important de savoir que bien qu’une personne ne soit pas obligée de déclarer, elle peut connaître sa traite, ce qui est fortement recommandé, car s’il sort pour payer il ne présentera pas le compte de résultat, mais s’il sort le rendre, cela vaut la peine de le présenter, car vous recevrez un paiement pour cela.

Les résidents fiscaux en Espagne ne sont pas obligés de faire la déclaration de revenus :

  • Si les revenus perçus sont inférieurs à 22 000 euros dans l’année, dès lors qu’ils proviennent d’un seul payeur, ou si les revenus perçus par le deuxième ou le troisième payeur n’excèdent pas au total 1 500 euros.
  • Si les revenus perçus sont inférieurs à 14 000 euros dans l’année, même si les revenus du travail sont perçus par deux ou plusieurs payeurs. Sauf si vous ne respectez pas les deux règles ci-dessous.
  • Si vous n’avez pas perçu de revenus de capitaux mobiliers et de plus-values ​​soumises à retenue ou acompte, pour un montant total supérieur à 1 600 euros par an.
  • Si vous n’avez pas perçu de revenus immobiliers imputés, produits de bons du trésor et subventions pour l’acquisition de logements protégés ou à prix d’expertise, et autres plus-values ​​issues des aides publiques, pour un montant total supérieur à 1 000 euros par an.
  • Si vous avez exclusivement perçu l’intégralité des revenus du travail, du capital (mobilier et immobilier – pour la location de biens immobiliers…), des activités économiques (entrepreneurs, professions libérales…) et des plus-values, soumises ou non à prélèvement, lorsque leur somme ne ne dépasse pas 1 000 € ou ceux qui ont subi des moins-values ​​inférieures à 500 €.
  • Si vous êtes un travailleur indépendant avec un revenu annuel inférieur à 1 000 euros.

Cependant, à de nombreuses occasions, les personnes qui ne sont pas obligées de produire une déclaration de revenus seront remboursées et, par conséquent, elles sont indemnisées pour le faire. C’est pourquoi il est conseillé de regarder le projet pour voir si cela vaut la peine ou non de faire le compte de résultat.

Que se passe-t-il si je ne produis pas de déclaration de revenus?

Si quelqu’un ne fait pas de déclaration d’impôt sur le revenu en étant obligé de le faire, il commettra une infraction fiscale classée comme mineure, grave ou très grave. La moindre survient si c’est la personne elle-même qui signale qu’elle ne l’a pas présentée et lorsqu’elle le fait, elle revient. Dans ce cas, la pénalité est de 100 euros. Si vous payez ou aurez une surtaxe d’intérêts en fonction du délai de production de la déclaration.

Si c’est le Trésor public qui réclame l’omission de la déclaration et revient en restitution l’astreinte est de 200 euros. Mais si, au contraire, elle paie, elle entraînera une amende comprise entre 50 % et 150 % de la valeur de la dette, qui dépendra du préjudice économique pour le trésor public, de la gravité du recel (il est aggravée, par exemple, s’il y a des opérations en bourse pour lesquelles vous devez payer) et si d’autres infractions fiscales ont été commises.

Erreurs les plus courantes dans le projet de loyer

L’administration fiscale peut commettre des erreurs lors de la préparation des modèles pour le compte de résultat. De plus, tous les revenus, et encore moins les dépenses déductibles, ne sont pas inclus dans le projet. Voir ce que le projet de loyer ne comprend pas.

Voici les deux pannes les plus fréquentes :

1. Erreurs liées à la fiscalité du logement : L’une des erreurs les plus courantes est le mauvais calcul de la déduction pour un logement acquis avant 2006, bien qu’il soit également assez fréquent de ne pas appliquer les déductions d’impôt principal correspondantes si la banque concédante L’hypothèque n’a pas la preuve que ce prêt est, précisément, pour une résidence habituelle ou une première résidence.

Le prêt hypothécaire peut également interférer dans la bonne préparation du projet s’il y a eu un changement de banque ou si une nouvelle est négociée. Dans le cas où la maison a été achetée par un couple et que les deux conjoints font face au prêt hypothécaire à parts égales mais qu’un seul d’entre eux apparaît au cadastre, le plus normal est que l’Agence des impôts calcule les déductions de manière incorrecte.

De plus, s’il s’agit de la première résidence habituelle que le couple acquiert, les dépenses liées à l’achat – assurances liées, notaire, greffe, impôts, etc. – sont également déductibles, et ici le Trésor peut se tromper si ces dépenses financières ne sont pas enregistrés.

2. Jugements relatifs aux mariages et aux séparations : Ces types de situations donnent lieu à des déductions importantes, comme celle obtenue pour le montant des pensions compensatoires à l’ex-conjoint et des rentes pour pension alimentaire aux enfants communs ou pour le versement de la pension habituelle de l’ex-conjoint résidence. Par conséquent, une attention particulière doit être apportée à cette section.

Si vous avez reçu votre projet de compte de résultat et que vous vous êtes rendu compte qu’il est mal préparé, vous devrez le modifier pour enregistrer les déclarations fiscales qui vous correspondent réellement. Vous pouvez le faire en ligne, sur le site de l’Agence des impôts, ou en vous présentant en personne à un bureau des impôts, pour lequel vous devrez prendre rendez-vous. De même, le personnel de l’Agence peut vous demander de justifier les modifications que vous apportez à votre projet, pour lesquelles vous devrez fournir la documentation nécessaire. Voir comment faire le compte de résultat.